• Ceintures de production d'écrit

    Je vous mets en ligne un outil bien pratique : les ceintures de production d'écrit. Elles ont l'avantage d'être faciles à mettre en place et plus simples à utiliser que les autres ceintures, pour la raison qu'il s'agit surtout de sujets d'écriture (inspirés pour certains de Charivari). Il s'agirait donc d'une ceinture idéale pour se lancer dans les ceintures de compétence, pour une classe en transition, ainsi que d'une bonne solution pour les TRS qui souhaiterait mettre certaines choses en place sur leurs matières (et la production d'écrit en fait souvent partie).

    Les élèves écrivent sur un cahier d'écrivain dédié : un cahier à double ligne pour mes GS, à carreaux seyes agrandis pour mes CP et à carreaux seyes normaux pour mes CE1 (les cahiers d'écrivain sont verts et bleus dans ma classe, d'où les pictogrammes). Les GS travaillent en dictée à l'adulte (ou au camarade plus âgé), les CP et les CE1 font ce qu'ils peuvent (ils écrivent souvent en phonétique). Je sais que ça se discute, il s'agit d'un choix que j'ai fait de laisser les élèves écrire sans avoir à se soucier trop de l'orthographe, histoire de débloquer le syndrôme de la page blanche. Les élèves mettent une gommette dans la marge de leurs textes s'ils souhaitent que je le corrige de manière à pouvoir l'avoir au propre. Il s'agit bien évidemment d'un choix et rien ne vous oblige à y adhérer !

    Voici la page de garde :

    Ceintures de production d'écrit

    Cette page est collée à la première page de l'onglet "écrivain" du cahier de ceintures.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Voici donc ma progression sur trois ans. Les premières ceintures, jusqu'à la ceinture orange donc, peuvent être réalisées en dictée à l'adulte, l'élève au cours de sa grande section passera peu à peu de la dictée à l'adulte jusqu'à l'écriture tâtonnée. A partir de la ceinture vert clair, l'enfant devra écrire par lui-même dans le cahier.

    Comme souvent, la ceinture noire est hors programme et ne sert qu'à nourrir les élèves en avance. Comme expliqué plus haut, l'orthographe n'occupera pas une grande place dans la production d'écrit jusqu'à la ceinture marron.

     

    Ceintures de production d'écrit

    La ceinture blanche a un objectif très modeste car je me suis retrouvée confrontée à des élèves avec d'énormes difficultés de langage, d'où le fait que faire une phrase ne peut pas représenter le deuxième pallier pour moi. A la place, je propose aux élèves de faire des listes, ça leur permet d'apprendre à structurer le vocabulaire qu'il connait en fonction d'un thème, et ça permet également d'introduire l'utilisation du déterminant auprès des élèves les plus fragiles.

    J'ai fait le choix de ne pas faire de ceintures de vocabulaire car pour moi le vocabulaire est étroitement lié à la production d'écrit. Je travaille donc des notions de vocabulaire dans chaque ceinture de production d'écrit, ici, les fiches concernent les mots étiquettes et sont tirées de la classe de Luccia.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Lors de la ceinture rose, on commence à utiliser des phrases complètes pour raconter des petits textes. Les fiches concernent des images à remettre en ordre pour créer une phrase.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Lors de la ceinture jaune, on aborde l'idée de décrire. Les textes s'étoffent, deviennent plus long et lorsqu'on guide l'enfant, on l'encourage à utiliser plus d'adjectif (bien qu'à ce stade ils n'ont pas encore étudié l'adjectif, évidemment). Les fiches viennent de Réussir son entrée en vocabulaire et concernent les contraires.

    Le livre "le code de la route" est un album sans texte, n'importe quel album sans texte ferait donc l'affaire.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Ici, il s'agit d'aider les enfants à organiser un récit "chronologique" : j'utilise pour ça des situations connues et étudiées en classe (le livre Cornebidouille, la vie du papillon, le cycle de vélo en EPS)...

    Les fiches concernent des images séquentielles à décrire.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Cette ceinture est un peu particulière car elle marque un tournant : c'est à partir de ce stade que les enfants doivent apprendre à écrire seuls dans leur cahier d'écrivain. Pour cela, il s'agit surtout d'exercices de copies, de mise en page... Les fiches concernent les stratégies de copie et sont tirées de chez Récréatisse. L'étayage interviendra surtout pour aider l'enfant à mettre un texte en page : ne pas écrire dans la marge, quand aller à la ligne, quand mettre des points...

    L'équivalence avec la ceinture orange de lecture correspond à la capacité d'écrire phonétiquement.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Cette ceinture a beaucoup de succès auprès des enfants parce qu'elle concerne les écrits injonctifs et qu'on utilise souvent les recettes en classe (on fait beaucoup de cuisine, on prépare les gâteaux d'anniversaire, les goûters, la semaine du goût). Il s'agit donc d'écrits qui demande de décrire des étapes.

    Les fiches concernent la notion de liste de matériel et d'ingrédients : les enfants doivent déduire et lister tout ce qui est nécessaire pour réaliser les bricolages ou recettes sur la photo.

    Télécharger « Fiches ceinture vert foncé production d'écrit - Ecole des lapins.pdf »

     

    Ceintures de production d'écrit

    C'est à partir de ce stade qu'on aborde l'écriture imaginaire. Pour cela il s'agit de sujets très simples qui aident à débloquer l'enfant de son syndrôme de la page blanche. L'écriture imaginaire sera ensuite réutilisée et étoffée dans la plupart des autres ceintures.

    Le livre s'intitule "ma petite fabrique à histoires" et permet de créer des histoires loufoques en combinant des morceaux de phrases.

    Les fiches concernant l'écriture d'histoires ont été tirées de chez Ipotame.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Ici, la ceinture travaille les mêmes compétences que la précédente mais rajoute une difficulté supplémentaire : celle d'utiliser les éléments d'une histoire déjà connue, et donc avoir un peu moins de marge de manoeuvre. Pour cela, je pars de plusieurs références connues de la classe : Bonjour Docteur est un livre avec une fin implicite, mais que l'enfant explicite dans ce sujet d'écriture. Blaise le poussin est un livre très apprécié dans la classe, c'est une histoire à épisodes donc les enfants ont à écrire un nouvel épisode (d'où le fait que le sujet soit classé en dernier). Quand à Marlaguette, il s'agit d'une histoire avec un loup, il s'agit donc de mettre en parallèle deux visions différentes sur le loup.

    L'équivalence correspond à la capacité de déchiffrer un album.

    Les fiches viennent également de chez Ipotame.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Ce que j'appelle les textes poétiques sont des textes qui jouent sur la langue, qui sont moins concrets et plus abstraits, il ne s'agit pas ici d'écrire de la poésie ! 

    L'Île des Zertes est un livre un peu absurde que les enfants adorent, écrire dans ce registre les oblige donc à se détacher des écrits réels et entrer un peu plus dans l'abstrait.

    L'équivalence correspond à la capacité à comprendre quelque chose qui n'est pas explicitement décrit dans un texte.

     

    Ceintures de production d'écrit

    Il s'agit ici d'une ceinture charnière, l'enfant devant ici organiser son idée afin de "convaincre" son public. Les enfants étant souvent dans la négociation, ils apprennent généralement très vite à réussir ces sujets d'écriture... Et j'ai ensuite retrouvé quelques lettres de mes CE1 pour me convaincre d'acheter les fournitures !

     

    Ceintures de production d'écrit

    Ici, on se penche enfin plus en détail sur la correction des textes par l'élève. Peu à peu l'orthographe des élèves s'améliorent dans leur écriture, mais jusque là, je suis la seule à corriger leurs travaux. Ici, avec l'aide de l'enseignant, l'enfant apprend à corriger ce qu'il est capable de corriger. Pour qu'il ait assez d'armes pour se corriger, j'impose tout de même un niveau minimal en grammaire et en orthographe...

    C'est une étape très valorisante pour l'enfant, et il passe ensuite beaucoup de temps dans les jours qui suivent à essayer de "jouer la maitresse" et corriger les cahiers des plus jeunes !

     

    Ceintures de production d'écrit

    Ici, une ceinture hors-programme pour les enfants qui ne souhaitent pas s'arrêter : l'écriture de résumé. Cette ceinture est difficile et c'est fait pour. Pour les enfants qui s'y risquent malgré tout, l'enseignant peut aider l'enfant en lui faisant écrire un plan de son texte au brouillon sur l'ardoise, puis effacer peu à peu les informations inutiles...

     

    Voilà, j'espère que cette ceinture vous sera utile. Je vous l'ai donnée parmi les premières car il s'agit d'une des plus simples à mettre en classe et qui peuvent servir de transition vers une classe plus autonomes.

    Comme toujours je vous donne mon document modifiable, en vous demandant comme toujours de respecter mon travail et de ne pas publier mon document (même modifié) sans un lien vers ma page !

    Télécharger « Ceinture de production d'écrit - Ecole des lapins.pptx »

    Je vous propose également les tests de passages de lecture :

    Télécharger « Tests ceinture production d'écrit - Ecole des lapins.pdf »

    Télécharger « Tests ceinture production d'écrit - Ecole des lapins (modifiable).pptx »

    Pin It

    11 commentaires
  • Ceintures de numération

    Aujourd'hui, je vous présente mon support pour travailler en numération en ateliers individuels et libres. Encore une fois, je me suis inspirée de la méthode de numération Montessori... Mais sans la moindre formation et en y intégrant beaucoup de choses intéressantes glanées ça et là (chez la MHM par exemple.

    Je n'utilise pas de fichier, ni de manuel, et la méthode peut sembler déstabilisante à cause de l'ordre dans lequel les choses sont abordées (je suis d'accord avec vous, c'est peu banal d'aborder les milliers avant de parler des nombres de 11 à 19), mais je vous assure encore une fois qu'elle fonctionne, qu'elle fait sens. 

    La force de cette méthode est qu'elle permet une compréhension profonde de la numération décimale. L'inconvénient, si je devais en trouver un, et qu'elle est assez lente (jusqu'à mi CP, les enfants ne sauront peut-être pas forcément lire les nombres au delà de 10). Encore une fois, je vous la transmet, mais libre à vous de l'adapter, de l'alléger, de l'utiliser en parallèle d'une autre méthode...

     

    Voici déjà la page de garde :

    Ceintures de numération

    Le symbole de la ceinture de numération dans ma classe, à colorier, avec les compétences de maternelle et de cycle 2 qui y sont reliées. Cette page est collée sur la première page de l'onglet "numération" du cahier de ceinture des élèves.

     

    Ceintures de numération

    La deuxième page est une page de progression. Elle donne un objectif clair à atteindre pour chacune des ceintures, pour les élèves, les parents, les remplaçants... Elle est donnée dès la distribution de la ceinture blanche au début de la GS et elle est collée juste après la page de garde. Les repères de progressivité sont indicatifs, d'autant qu'ici le CP représente un très gros pallier, et que la ceinture orange est facilement accessible en GS. Bref, à vous de voir... De toute façon chez moi, les repères ne sont que des repères, pas des portes fermées !

     

    Ceintures de numération

    Ici, un objectif volontairement très facile : connaitre les nombre de 1 à 5. Cela semble bien trop facile en début de GS, mais c'est important de poser les bases, tout comme je trouve qu'il est très important que la ceinture blanche soit très facile à réussir.

    Pour cela, 3 ateliers dirigés (à faire en individuel) symbolisés par le symbole de la maîtresse : 

    • Les barres rouges et bleues : cela semble être un achat onéreux ou une fabrication bien pénible pour quelque chose qui va peu servir avec des enfants de GS, mais elles seront également utiles pour aborder certains notions de calcul. Ici, l'enfant dénombre, ordonne, retrouve les barre de 1 à 5...
    • Les fuseaux : un achat un peu onéreux également - pour ma part, je possède une version cousue en pochette et avec des petits bâtons - mais qui peut être remplacés par les classiques boîte à compter de Nathan.
    • Les chiffres rugueux de 1 à 5 : ils peuvent être construits selon les mêmes méthodes que les lettres rugueuses : mais à moins d'avoir des PS ou des MS, ces chiffres rugueux seront assez peu utilisés et donc peuvent être faits de matières moins solides (carton par exemple).

    Je propose également deux activités autonomes :

    • S’entraîner à compter jusqu'à 10 sur la frise : oui, l'objectif est de connaitre les nombres de 1 à 5 mais je trouve que le fait de compter devrait être dissocier de la compétence "connaitre les nombres", surtout en matériel ou un enfant peut ânonner la comptine numérique jusqu'à 30 tout en étant incapable de connaitre le nombre 9...
    • Les séries 1, 2, 3, 4 et 5 du premier fichier PEMF de numération. Les fiches de numération PEMF sont très intéressantes et je vous conseille de les acheter dès que votre budget vous le permet. Pour ma part, je les ai plastifiées pour qu'ils puissent travailler dessus au feutre effaçable.

    Et enfin comme toujours, des fiches photocopiables avec des petits exercices sur les nombres de 1 à 5 (ici j'ai utilisé les fiches du cahier de numération CP de Bout de Gomme).

     

    Ceintures de numération

    Ici, l'objectif est de connaitre les nombres de 1 à 10 (on révise donc les nombres de 1 à 5, ce qui semble logique). C'est à dire, de savoir les lire, les écrire, faire des collections, ect... Pas seulement réciter les nombres jusqu'à 10 évidemment !

    Je propose pour cela deux ateliers dirigés :

    • Escaliers des perles : encore une fois, un atelier à acheter mais qui leur plait énormément, même s'il est un peu gadget. Il est souvent fourni avec des petites cartes qu'on peut placer dans le désordre au dessus des crochets, pour y accrocher les barrettes de perles correspondantes.
    • Chiffres rugueux : Ici, on reprend les chiffres rugueux, de 1 à 10, et on aide l'enfant à apprendre les nombres qu'il ne connaîtrait pas encore.

    Je propose également trois activités autonomes :

    • Le loto des nombres : J'ai utilisé un loto Micetf, mais le support pourrait être n'importe quel jeu : ici est l'idée que les enfants, en jouant ensemble, comblent leurs lacunes respectives...
    • S’entraîner à compter jusqu'à 20 sur la frise : je l'ai mis seul mais pour un enfant qui ne sait pas le faire, il est évident qu'on le fera avec lui !
    • Les séries 6, 7 et 8 du fichier GS PEMF : encore une fois, un investissement qui pour moi vaut vraiment le coup, plus que les fichiers de lecture par exemple.

    Les fiches sont tirées des cahiers Bout de Gomme et du fichier de maths Jocatop GS. Elles sont ici en nombre assez importants, car elle reprend tous les nombres de 1 à 10.

     

    Ceintures de numération

    Ici, un objectif double : connaitre le zéro (c'est souvent déjà le cas arrivé à ce stade, mais si ce n'est pas encore le cas, on s'en occupe lors de cette ceinture) et aussi la notion de nombres pairs et impairs (tout en continuant à utiliser les nombres de 1 à 10. Cette ceinture dans ma progression peut clôturer la grande section.

    Pour cela j'utilise deux ateliers dirigés

    • Je ressors les fuseaux tout en insistant sur la valeur du zéro, rapidement la plupart du temps, mais avec plus de manipulations pour certains élèves.
    • La boite des jetons : c'est le matériel utilisé en pédagogie Montessori pour introduire la notion de nombre pair et impair. Evidemment, cela peut-être remplacé facilement par autre chose : il s'agit de nombres de 1 à 10, et de jetons, à répartir entre les nombres pour les apparier par 2 et découvrir le principe de la parité.

    J'utilise également trois ateliers autonomes :

    • Les chiffres rugueux à réviser.
    • S’entraîner à compter jusqu'à 30 sur la frise (attendus de fin de GS).
    • Un livre-ardoise pour s’entraîner à former les nombres (acheté au supermarché).

    Les fiches ici sont des fiches tirées d'en classe avec Montessori, j'ai l'intention d'en créer quelques unes de plus par la suite.

     

    Ceintures de numération

    C'est ici que ma progression commence à différer un peu des progressions plus classiques : ici l'enfant découvre les 4 grands ordres de numération : les unités, dizaines, centaines, milliers. 

    Pour cela, trois ateliers dirigés :

    • Matériel de numération : Ici, j'utilise un set de numération Montessori (qui peut être remplacé par n'importe quel set de numération classique) : l'enseignant montre à l'enfant ce qu'est une unité, une dizaine, une centaine, un millier, lui fait apprendre ces mots et l'aide à manipuler pour comprendre qu'on rentre 10 unités dans une dizaines, 10 dizaines dans une centaine, ect...
    • Associer symboles et quantités : j'utilise ici des cartes de numération comme sur la première photo de l'article (des cartes superposables) qui pour moi faisaient partie du pack avec les perles de numération. J'aide l'enfant à associer la carte 1 avec une unité, la carte 10 avec une dizaine, ect... Et peu à peu, je l'aide à prendre 4 centaines quand il voit 400, 8 milliers quand il voit 8000... Ect.
    • Nombres cachés : même exercice que précédemment, mais on empile les cartes nombres pour former un nombre à 4 chiffres comme sur la photo. Les enfants doivent prendre les perles qui vont avec.

    Je propose également deux activités autonomes :

    • S'entraîner à compter jusqu'à 40 sur la frise.
    • Des cartes à pinces : au début, j'utilisais des cartes sur le modèle d'un jeu Bout de Gomme mais je suis en train de les remasteriser et je les mettrais en ligne à ce moment-là.

    Les fiches de travail sont tirées d'un cahier "les petits Montessori" : je découvre les grands nombres.

     

    Ceintures de numération

    Ici, l'objectif est de faire des échanges : 10 unités contre une dizaine, évidemment, mais également dix dizaines contre une centaine, et dix centaines contre une unité.

    Je propose pour cela deux ateliers dirigés :

    • Des échanges avec les perles de numération : je sors par exemple 13 perles d'unités. L'enfant compte et me dit que ça fait 13. Je lui demande alors de me sortir la carte des 13 unités : elle n'existe pas. J'aide alors l'enfant à échanger les 10 perles d'unité contre une dizaine : ça nous fait 1 dizaine et 3 unités, et en superposant la carte 10 et la carte 3, ça fait 3... On continue de faire des échanges.
    • Le serpent de l'addition : On aligne des barrettes de perles colorées, avec pour but de "rendre le serpent doré" c'est à dire de remplacer toutes les perles par des perles de dizaines. Mettons par exemple que les deux premières barrettes sont des barrettes de 5 et de 7, on les remplace par une barrette de 10 et une barrette de 2.

    Il y a également deux activités autonomes :

    • S’entraîner à compter jusqu'à 50 sur la frise.
    • Les séries 17 et 18 du fichier PEMF CP de maths.

    Je propose également un pallier de freinage : la ceinture orange de calcul, qui correspond à faire des calculs avec le résultat excédent 10.

    Les fiches sont tirées du même petit cahier que pour la ceinture orange.

     

    Ceintures de numération

    Là, l'objectif est (enfin) d'aborder les nombres de 11 à 19, c'est à dire, savoir les lire, les écrire, les décomposer...

    Je propose pour cela deux ateliers dirigés :

    • Les tables de Seguin n°1 : ce sont des planches de bois avec écrit 10, sur lesquelles on peut glisser des plaques unités. On fait par exemple glisser un 2 sur le 1, et on explique à l'enfant que ça fait 12. Il le construit ensuite avec les perles. Ce matériel peut s'acheter pour une dizaine d'euros, voir se fabriquer en carton...
    • L'escalier des perles : il y a les nombres de 11 à 19, avec deux crochets par nombre : un crochet pour accrocher des dizaines, ainsi qu'un crochet pour les unités, pour décomposer les nombres de 11 à 19.

    Je propose également trois activités autonomes :

    • La frise à ordonner : il s'agit de nombres de 1 à 30 aimantés qui étaient déjà dans ma classe, mais ça doit être un matériel assez facile à recréer !
    • S’entraîner à compter sur la frise jusqu'à 69.
    • Les séries PEMF 15, 16 et 17 du fichier de numération CP.

    Pour les fiches, j'utilise les fiches tirées du fichier de numération Bout de Gomme.

     

    Ceintures de numération

    Ici, l'objectif sera de découvrir les nombres de 20 jusqu'à 50, et donc de savoir à nouveau les lire, les écrire, les décomposer...

    Pour cela, deux ateliers dirigés :

    • Les tables de Seguin n°2 : même principe que précédemment, sauf qu'au lieu qu'il n'y ait que des séries de 10 sur les planches, il y a une planche avec écrit 10, 20, 30, 40 et 50, et une autre avec écrit 60, 70, 80, et 90. Ici, on va utiliser la première. On commence par leur apprendre 20, 30, 40 et 50, puis on rajoute les unités et on lit les nombres obtenus.
    • La dictée de quantités : j'utilise ma grande boite de barrettes de perles Montessori (achat quasi indispensable tant il est polyvalent pour moi), et je demande un nombre à un enfant de me donner par exemple 45, et il doit me sortir 4 barrettes de 10 et une barrette de 5...

    Je propose 3 activités autonomes :

    • Réviser les nombres de 11 à 19 avec l'escalier des perles.
    • S’entraîner à compter jusqu'à 89 sur la frise.
    • S’entraîner sur les séries 18, 19 et 20 du fichier CP PEMF.

    Les fiches sont tirées des cahiers de numération Bout de Gomme.

     

    Ceintures de numération

    Ici l'objectif est de connaitre tous les nombres jusqu'à 100.

    Je propose pour ce pallier difficile (en tout cas pour les petits français, beaucoup moins pour les Belges et les Suisses) trois ateliers dirigés :

    • La suite et la fin des tables de Seguin avec la table des nombres de 60 à 100.
    • Le tableau des nombres de 1 à 100 : un atelier intéressant qui s'achète également à une dizaine d'euros : il s'agit de placer tous les nombres de 1 à 100 dans le tableau des nombres en fonction des dizaines et des unités.
    • La chaîne de 100 : encore une fois, un matériel pas très cher à l'achat, il s'agit de 10 barrettes de 10 attachées ensemble, avec des petites flèches de nombres de 1 à 100 à placer au bon endroit.

    Je propose également deux activités autonomes

    • S'entraîner à compter jusqu'à 100 sur la frise numérique.
    • Faire les séries de 18 à 22 du fichier CP de numération PEMF.

    Pour les fiches, j'utilise celles du fichier de numération Bout de Gomme.

     

    Ceintures de numération

    Ici, l'objectif sera donc de découvrir et de manipuler les nombres à 3 chiffres.

    Je propose deux ateliers dirigés :

    • La chaîne de 1000 : un peu plus onéreuse mais intéressante également, la chaîne de 1000 permet de placer les nombres de 1 à 999, les intercaler, ect.
    • Lecture de nombre : l'enseignant crée des nombres à 3 chiffres avec les cartes superposées et aide l'enfant à les lire, en décomposant le nombre si besoin.

    Je propose également trois activités autonomes :

    • Le tableau des nombres pour revoir les nombres de 1 à 100.
    • S’entraîner à compter jusqu'à la fin de la frise (j'ai mis 1000 pour le symbole... Mais même moi, ma classe n'est pas assez grande pour aller jusqu'à 1000 !)
    • Faire les séries 5, 6 et 11 du fichier CE1 de numération PEMF.

    Je propose ensuite des fiches tirées du superbe fichier de numération de Crevette.

     

    Ceintures de numération

    Ici, un objectif qui peut sembler hors programme pour des CE1 mais qui est assez logique au vu de la progression utilisée et qui permet de gagner du temps en CE2. Ils manipulent déjà les milliers depuis la ceinture orange, ça ne devrait donc pas poser de problèmes !

    Pour cela, je propose trois ateliers dirigés :

    • Lecture de nombres : je crée un nombre à 4 chiffres avec les cartes superposées, et j'aide l'enfant à lire le nombre en question.
    • Décomposition avec les timbres de numération : je propose un nombre à un enfant, par exemple 8453, et il doit me le décomposer avec 8 timbres de 1000, 4 timbres de 100, 5 timbres de 10 et 3 timbres de 1.
    • Dictées de quantités : Je donne un nombre à un enfant et il doit me le créer avec les perles de numération.

    Je propose également deux ateliers autonomes :

    • Réviser les nombres à 3 chiffres grâce à la chaîne de 1000.
    • Faire la série 16 du fichier de numération PEMF de CE1.

    Les fiches sont encore une fois tirées de chez Crevette.

     

    /!\ les ceintures marrons et noires sont en cours de construction et seront publiées dès que possible /!\

     

    Voilà comment je travaille la numération avec mes petits lapins !

     

    Je vous donne ma trame modifiable car à chacun son niveau de classe, son matériel, sa réalité de la classe, ect... Mais je refuse de la retrouver modifiée sur le web sans un lien direct vers cette page ! Vous pouvez enlever le lien sur les ceintures quand vous les utilisez pour votre usage personnelle, mais je vous demanderai de ne pas le supprimer si vous choisissez de diffuser votre version modifiée.

     

    Télécharger « Ceintures de numération - Ecole des lapins.pptx »

    Pin It

    10 commentaires
  • Pourquoi travailler en individuel ?

    Je suppose que si vous êtes arrivés jusqu'ici, c'est que vous êtes déjà convaincus. Ou tout moins intéressés. Mais il me semblait important de développer quelque part l'esprit que je cherche à donner à ma classe au travers de cette manière d'enseigner, un peu atypique de prime abord, mais qui séduit de plus en plus. Alors, pourquoi ce choix ?

     

    Pour que les élèves aient un enseignement adapté à leur niveau réel

    Le maitre E m'a un jour fait remarquer que dans ma classe, il devait procéder différemment par rapport à d'habitude : car dans ma classe, les enfants sont tous en réussites ou ont tous la possibilité d'être en réussite sur l'activité qu'ils font. Du fait que les élèves avancent à leur propre rythme, ils restent sur une notion aussi longtemps qu'ils en ont besoin (un bon élève de CP n'a pas besoin de passer 5 séances sur les voyelles, un élève de CE1 en difficultés ne peut pas apprendre à retrouver un verbe en deux séances !). Grâce à cela, ils ne se retrouvent jamais bloqués par un trop grand écart avec nos attendus, et se sentent donc valorisés.

     

    Parce qu'ils sont heureux d'apprendre

    Pourquoi travailler en individuel ?

    En fait, ça aurait dû être en première place : un enfant qui réussit est un enfant valorisé et heureux, qui ne fuit pas face au travail. Fini la spirale de l'échec ! Vous verrez que même vos élèves en difficultés se sentiront regonflés par la perspective d'être plus libre, vous les verrez plus confiants, fiers d'eux... Et donc, avide d'apprendre plus. Le procédé peut être long chez des enfants très en difficultés ou qui manquent énormément de confiance en eux, mais la récompense en vaut la peine : et curieusement, là où on pourrait dire que l'écart se creuserait encore plus entre un élève un peu en difficulté et le reste de la classe, au contraire, les barrières commencent à tomber et vous verrez vos élèves les plus fragiles s'ouvrir comme des fleurs au soleil.

     

    Pour laisser la place à la coopération entre enfants

    Pourquoi travailler en individuel ?

    C'est quelque chose qui peut interpeller également : si tout est fait en individuel, où sont les interactions entre enfants ? La réponse est simple : partout ailleurs. Dites-vous que dans une classe de 25, quand vous vous occupez d'un seul enfant... Les 24 autres sont en autonomie. Ces 24 élèves sont donc susceptibles de coopérer (et plus ça ira, plus vous verrez qu'aller vers les autres enfants avant de venir déranger la maîtresse en séance individuelle deviendra un réflexe pour eux). Au final, donc, mis à part quand ils ont la maitresse pour eux tout seuls, les enfants sont en confrontation et en coopération toute la journée. Le tutorat se fait naturellement, et il vous arrivera régulièrement de vouloir prendre un enfant en individuel pour vouloir manipuler une nouvelle notion et découvrir qu'il connait déjà l'atelier car un copain le lui a appris pour pouvoir jouer avec lui !

     

    Pour leur laisser le temps de manipuler

    Pourquoi travailler en individuel ?

    On a pas forcément le temps ni le matériel pour faire manipuler toute une classe sur une notion. Travailler en individuel peut régler ces problèmes. D'abord, parce qu'on fait uniquement la première manipulation avec l'enfant (=ce que j'appelle l'atelier dirigé individuel) et l'enfant s’entraîne seul par la suite tant qu'il en a besoin. Plus besoin de s'inquiéter de Unetelle qui est une excellente élève et qui s'ennuie en attendant de passer à la suite tandis que Untel en difficultés aurait encore besoin de manipuler pendant un moment avant de passer à l'écrit...

    De plus, personne n'a un budget inextensible et donc personne n'a les moyens d'acheter du matériel de manipulation en nombre suffisant pour que toute la classe puisse manipuler en même temps. De ce fait, acheter ou fabriquer un seul atelier de chaque suffira quand on travaille en individuel, vu qu'aucun enfant ne fait la même chose que les autres en même temps.

     

    Pour avoir le temps pour chaque enfant

    C'est un peu lié à la réponse juste avant : on aimerait prendre le temps pour chaque élève, et surtout pour les élèves en difficultés. En faisant cela, c'est possible, et on consacre du temps à chaque enfant : à X qui a besoin d'attirer l'attention sous peine de faire du bazar, à Y qui manque de confiance en elle et a besoin de l'enseignant pour l'encourager, à Z qui est très discret et qui dans une classe traditionnel se ferait oublier... Effectivement, on a pas le temps de travailler 1h par jour avec chaque enfant (nos journées ne sont pas extensibles !) mais 5 minutes passées à ne s'occuper QUE de l'élève est un temps de qualité, bien plus efficace qu'une heure en classe entière pour les élèves qui ne sont pas adaptés à l'enseignement en classe entière.

     

    Pour les rendre plus autonomes

    Pourquoi travailler en individuel ?

    Vous aimeriez bien consacrer du temps à chaque enfant, individuellement... Mais ce n'est pas possible avec vos zozos ! Vous seriez sans cesse sollicités par un enfant ou un autre pour n'importe quelle raison... Ce problème d'autonomie est un problème qui se règle assez facilement quand on travaille uniquement de manière individuelle. Vous verrez en quelques semaines vos élèves devenir plus autonomes : organiser leur travail tout seul, se débrouiller avec leurs cahiers, faire de la peinture et nettoyer après eux, aller chercher eux-même les outils dont ils ont besoin pour s'aider... Et avec des élèves autonomes, on peut faire beaucoup plus de choses : on respire !

     

    Pour se libérer du temps pour des projets

    Pourquoi travailler en individuel ?

    Si vous aviez des élèves plus autonomes, et donc si vous aviez la certitude que pendant que vous êtes occupés avec un groupe, les autres élèves travaillent, ça ne vous ouvrirait pas plus de perspectives ? Moi oui. J'ai le temps de me lancer dans des projets chronophages, que je n'oserai jamais faire dans une classe normale. Mais ici, je suis sûre que si je passe des jours à prendre des élèves en petits groupes pour cuisiner des kilos de biscuits de Noël à vendre ; ou que je leur apprend à coudre et leur fait concevoir leurs déguisements de carnaval ; ou que je décide de préparer une pièce de théâtre pour le spectacle de fin d'année, ça ne changera pas grand chose, et les élèves continueront d'avancer de leur côté tant que je ne m'occupe pas d'eux.

     

    Pour libérer du temps pour les choses importantes

    Pourquoi travailler en individuel ?

    Je pourrais penser à mille autres raisons encore, et j'en ai probablement oublié beaucoup, mais la vraie raison est là : pour vous concentrer sur l'essentiel. Êtes-vous déjà rentrés le soir en ayant l'impression d'avoir raté votre vocation, de passer la journée à faire le gendarme au lieu d'enseigner ? De perdre du temps dans tout ce qui est gestion de la vie quotidienne et d'y passer plus de temps qu'à leur apprendre des choses ? De vous épuiser à la tâche pour pas grand chose ? Moi oui et c'est vraiment le grand avantage de ce système de fonctionnement à mes yeux : j'ai l'impression d'avoir retrouvé mon rôle d'enseignante et de ne me concentrer plus que sur l'essentiel : leur apprendre ce qu'ils ne savent pas encore.

     

    Si vous êtes convaincus, vous vous posez peut-être encore une question :

    Pourquoi les ceintures de compétences, au final ?

    Pour moi, les ceintures ne sont qu'un support, un outil qui me permettent d'accéder à ce que je veux : des élèves autonomes et qui travaillent individuellement dans un climat serein. Comme tous les outils, les ceintures sont ce que vous en faites : vous pouvez toujours créer des plans de travail à cocher par couleurs, si vous gardez une organisation de classe traditionnelle, avec la classe ou des groupes qui doivent suivre le rythme de l'enseignant, vos ceintures n'auront pas le même esprit que dans une classe où elles sont conçues pour atteindre l'autonomie.

    Ici, l'idée était de créer un outil clair et simple, lisible par les élèves, leur permettant d'apprendre à accéder à l'autonomie en hiérarchisant et listant tout ce qu'ils doivent faire et savoir faire jusqu'à la fin du CE1. Le choix du format vient du fait que j'aimais bien le fait d'étapes très progressives, avec un écart le plus petit possible entre deux paliers. Rien ne vous oblige donc à utiliser les ceintures comme outil : moi-même l'an passé je privilégiais les plans de travail.

    Le tout est simplement de mettre au point un outil permettant de créer un cadre, simple et clair, pour que les élèves ne soient pas perdus et sachent comment apprendre à être libres comme des petits lapins.

    Pin It

    4 commentaires
  • Alphabet mobile

     

    Un des ateliers incoutournables dans la méthode de lecture que j'utilise : l'alphabet mobile. Cet atelier est également bien connu des enseignants de GS/CP : il s'agit d'un atelier d'encodage de mots. Chaque son appris grâce aux lettres rugueuses est présent dans l'alphabet mobile : ce qui signifie que si vous avez choisi de représenter le son "ai" dans vos lettres rugueuses, votre alphabet mobile devra comporter une case "ai".

    Une fois que l'enfant connait une bonne partie des lettres rugueuses (une vingtaine environ), vous pouvez commencer à l'aider à composer des mots en s'aidant de la phonologie.

     

    Où l'acheter, ou comment le fabriquer ?

    Il est possible d'acheter des alphabets mobiles tout faits dans le commerce : soit dans de grands enseignes de librairies, soit sur des sites spécialisés dans la pédagogie Montessori, soit sur les catalogues de mairie.

    Il existe différents ordres de prix... Et tous ne se valent pas en qualité. Il y a plusieurs contraintes auxquelles réfléchir quand on veut les acheter :

    • La solidité. Il faut savoir que beaucoup des alphabets mobiles abordables qui sont vendus dans le commerce sont destinés aux parents, pas sûr que tous résistent à un usage intensif en classe.
    • L'attache des lettres : il faut que les lettres s'attachent entre elles.
    • L'adéquation avec vos lettres rugueuses : il faut que les couleurs correspondent, et il faut que les digrammes soient présents (devoir combiner le "c" et le "h" pour faire "ch" est difficile dans un premier temps pour les élèves non lecteurs).
    • Enfin, il faut que les lettres soient nombreuses : s'il n'y a qu'une lettre de chaque, vous ne pourrez pas écrire le mot "bébé" par exemple.

    Face à toutes ces contraintes, j'ai décidé de le fabriquer moi-même.

    Alphabet mobile

    Pour cela, j'ai réutilisé les mêmes modèles que ceux des lettres rugueuses mais imprimés en deux pages par feuille, et je les ai découpés dans des feuilles polypro bleues, rouges et vertes (achetées chez Cultura). Cela dit, il est tout à fait possible de les découper dans des pochettes, classeurs, couvertures de cahier...

    J'ai découpé en moyenne 9 modèles de chaque lettre / digramme, sauf exceptions (plus pour les voyelles, jusqu'à 15 pour les "e", et moins pour les consonnes rares, 6 pour le "k"). Je n'ai pas fait de "h" car je ne me sers de cet alphabet que pour la découverte de la lecture, j'en ai un autre pour l'orthographe, mais si vous souhaitez faire d'une pierre deux coups, représentez également le "h".

    J'ai ensuite rangé les lettres dans des cases d'une boite de rangement de vis.

     

    Comment l'utiliser ?

    Alphabet mobile

    On commence par demander à un enfant de choisir un mot. Parmi les mots que l'enfant nous propose, on écarte les mots compliqués phonétiquement, comme "arbre" par exemple, du moins dans un premier temps.

    Mettons que l'enfant choisit le mot "cheval". On demande à l'enfant de frapper les syllabes du mot "cheval". L'enfant n'a normalement aucun mal à répondre "che-val". A ce moment-là, on lui dit "On va commencer par écrire la syllabe "che" !".

    On dit lentement "chhhhhheeeeee. Qu'entends-tu au début de chhhhheeeee ?". L'enfant répondra "chhhhh", un son qu'il connait grâce aux lettres rugueuses. On lui dit alors "Tu peux me trouver la case avec le "ch" ?". L'enfant sort un ch, et le pose devant lui. On lui dit : "Là, on a écrit "ch". que nous manque-t-il pour faire "cheeeeeeeeeee ?" en insistant sur le E. L'enfant prend alors un "e", le pose à côté du "ch". L'adulte lit alors : "Bravo, là, tu as écris che. Maintenant, on va écrire val."

    Evidemment, l'enfant risque de se tromper au début. C'est normal, dans ma classe, cet exercice est souvent fait en GS. Il faut répéter l'exercice jusqu'à ce que vous sentiez que l'enfant est plus à l'aise !

     

    La question de l'orthographe

    Certains d'entre vous ont peut-être arrêté de lire depuis quelques paragraphes, trop perturbés par la photo de l'enfant qui a écrit "cado". Pour des yeux d'enseignants, voir des fautes d'orthographe de la sorte peut effectivement être dérangeant.

    Cependant, il faut garder à l'esprit que ces enfants-là ne sont pas lecteurs. Ici, il ne s'agit pas d'un exercice d'orthographe, mais un exercice permettant d'entrainer un enfant à la technique de la combinatoire. C'est en réalité la suite du travail de phonologie. J'ai donc fait le choix de choisir à ce stade de ne pas intervenir pour l'orthographe.

    Encore une fois, je ne prétends pas tout savoir et si vous n'êtes pas d'accord avec moi, ça se défend également ! Je pense simplement que l'exercice est déjà bien compliqué comme ça : segmenter un mot en syllabe, repérer et isoler le premier son, se souvenir de la façon dont on retranscrit ce son, le placer, recommencer avec tous les sons qui suivent. J'estime qu'à ce stade leur parler de l'orthographe ne servirait qu'à les décourager, quand ils en sont au stade de l'écriture inventée. Déjà, qu'un élève de GS non lecteur ait compris que "cado" codait phonétiquement le mot "cadeau" est un excellent travail.

    Alphabet mobile

    Par contre, quand un enfant commence à entrer dans le décodage, on peut commencer à introduire les premières notions d'orthographe, voir imposer des dictées muettes de mots phonétiques uniquement à encoder, de façon à ce que les élèves ne commencent à fixer que des mots avec une orthographe correcte.

    Il s'agit donc simplement d'un atelier pour explorer librement l'écriture inventée comme un petit lapin.

    Pin It

    3 commentaires
  • Ceintures de lecture

     

    C'est la question qui revient à chaque fois quand je parle de mes petits lapins.

    "Mais, et la lecture, en CP ? Tu ne travailles pas la lecture en individuel, si ?"

    Si !

    "Mais tu n'utilises pas de méthode de lecture ?"

    Forcément que si... Mais un manuel, une méthode éditée, non.

    "Comment fais-tu la découverte des sons ?"

    Pas de découverte des sons !

    AH. Généralement, c'est ici que je perds tout le monde. Donc, j'ai décidé de faire un article où j'expose ma méthode de lecture (qui est inspirée de la méthode de lecture Montessori). Je préviens tout de suite, si elle est bel et bien syllabique, elle est très différente des méthodes de lecture habituelles et peut donc être déstabilisantes. Rien ne vous oblige donc à l'adopter, mais sachez qu'elle fonctionne.

    Cette méthode repose sur plusieurs principes : en amont, les élèves apprennent les sons de chaque lettre (notamment grâce aux lettres rugueuses). Puis, ils travaillent la phonologie et l'écriture inventée en composant des mots phonétiquement pour habituer l'élève à la mécanique de la syllabique. Ensuite, les élèves travaillent longuement sur la lecture de mots, phrases et textes intégralement phonétiques pour être fluents en déchiffrage phonétique. Enfin, une fois que le déchiffrage de mots phonétiques est facile et immédiat, on introduit les graphies complexes, non pas via un manuel... Mais via les livres.

    C'est la force de cette méthode de lecture. Les enfants apprennent à lire sur des livres, qui leur plaisent, avec de belles histoires. Je suis sure que vous êtes nombreux à avoir rêvé la nuit de Taoki et son ara qui rit (voire du rat vert et ses olives pour les plus anciens), avec cette méthode, finies les phrases sans aucun sens. Evidemment, si la méthode vous laisse sceptique, rien ne vous empêche d'utiliser une version allégée de cette ceinture en parallèle de votre propre progression.

     

    Déjà, je vous présente la page de garde :

    Ceintures de lecture 

    Le symbole de la ceinture de lecture (dans ma classe, un livre), à colorier, avec les compétences maternelle et cycle 2 qui sont rattachées à cette ceinture. Cette page est collée sur la première page de l'onglet "lecture" dans le cahier de l'élève.

     

    Ceintures de lecture

    La deuxième page est la page de progressions. Cette page donne un objectif simple et clair à atteindre pour chacune des ceintures, pour tout le monde. Elle est collée juste après la page de garde et permet à tout le monde de s'y repérer. Elle est donnée dès la ceinture blanche au début de la GS.

    Le fait que le repère de progressivité soit écrit en tout petit est fait pour éviter que les parents soient obsédés par ce point. Vous pouvez même envisager de les enlever si les parents mettent beaucoup de pressions à leurs enfants.

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture blanche

    Ici, l'objectif est simple : connaitre 12 sons sur les 35 (qu'est-ce qu'elle me chante cette folle-là ? Elle n'est pas au courant qu'il y a 26 lettres dans l'alphabet ? Si, je suis au courant, mais je leur fais apprendre les graphies "ou", "on", "an", "oi", "in", "ch" et "gn" au même titre que les lettres de l'alphabet + é et è), et être capable de retrouver son prénom.

    Rien qu'avec les lettres du prénom, l'enfant en connait facilement 12. C'est délibéré : la ceinture blanche DOIT être très facile, tous les enfants de la classe doivent avoir facilement le niveau ceinture blanche, c'est important.

    Pour travailler cela, j'ai donc 2 ateliers dirigés individuels (symbolisés par des cases à cocher accompagnées du pictogramme de la maîtresse : Ceintures de lecture

    - Les lettres rugueuses : j'y consacre un article.

    - Le jeu du prénom : il s'agit d'un jeu avec les photos d'identité de tous les enfants de la classe, et des pinces à linge avec le prénom des enfants à pincer sur la bonne photo. Ici, le rôle de l'enseignant est d'apprendre à l'enfant à reconnaître déjà son propre prénom (ce qui est souvent déjà le cas en GS) et ceux de ses camarades proches.

    Ces deux ateliers sont à refaire ensuite sans la maîtresse. Comment les enfants le savent-ils ? Grâce à la deuxième case, sans pictogramme "maîtresse" ce coup-ci.

    Il y a également trois ateliers autonomes qui ici ont pour but de réviser les sons "entre enfants" :

    - Un dobble des sons que j'ai conçu avec les couleurs des lettres rugueuses.

    - Un loto des sons que j'ai également conçu avec les couleurs des lettres rugueuses.

    - Un mémory des lettres qui était déjà dans ma classe.

    Je propose également de manière systématique plus ou moins de fiches de travail, pour leur apprendre le travail écrit, pour garder une trace de leur travail et surtout parce que mine de rien beaucoup d'enfants en ont besoin. Les fiches sont des fiches faciles et rapides, mises au format A5 et les modèles sont disponibles en classe pour que les élèves aillent les photocopier quand ils en ont besoin. Ici, je ne pourrai pas les partager parce que j'ai utilisé des fiches autour du fait de retrouver son  prénom parmi les noms de la classe.

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture rose

    Ici, un double objectif : continuer à apprendre les sons (il faut en connaitre 20), et travailler sur le repérage des sons. 

    /!\ ATTENTION /!\

    Une ceinture pour travailler la phonologie, c'est léger. TRÈS léger. Je me permet de le faire car ma collègue des PS-MS commence la phonologie en MS. Il parait évident que si vos GS ne sont pas familiers avec la phonologie, il faudra rajouter quelques étapes !

    Pour cela, il y a deux ateliers dirigés :

    - Les cartapinces des rimes (je trouve qu'attaquer la phonologie par les rimes, ça fonctionne bien, ça leur parle).

    - Les roues des sons qui ici est un atelier beaucoup plus complexe et nécessitera peut-être un accompagnement plus soutenu.

    3 ateliers autonomes :

    - Les lettres rugueuses

    - Le loto des sons

    - Le dobble des sons

    Et des fiches de travail qui correspondent à des fiches classiques de phonologie. Pour ma part, je ne peux pas publier les miennes, car j'ai simplement utilisé les fiches des coccinelles que j'ai juste remaniées au format A5, en rajoutant le symbole de ceinture rose de lecture et en remplaçant le son en alphabet phonétique par le symbole colorisé. Exemple :

    Ceintures de lecture

    Je ne les partagerai donc pas par courtoisie... Mais vous connaissez mes superbes sources !

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture jaune

    Ici, l'objectif c'est d'apprendre les prénoms de la classe et découvrir l'écriture inventée. A ce stade, il n'est pas encore question d'écrire des mots phonétiquement, mais plutôt de simplement découvrir comment encoder des syllabes, doucement, avec l'aide de l'adulte... On sème simplement peu à peu les graines de l'assemblage syllabique.

    Pour travailler cela, deux ateliers dirigés :

    - Un travail sur l'alphabet mobile (j'y consacre un article) : l'enfant choisit un mot simple à encoder. On aide l'enfant à décomposer un mot en syllabes. Ex. si l'enfant veut écrire "moto", on commence par l'aider à écrire "mo", en insistant sur le fait qu'on entend d'abord le m et après le o. On relit ensuite la syllabe : "mmm, ooo, ça fait mo" (oui les GS savent lire des syllabes dans ma classe). Idem pour "to". A ce stade, l'enfant aura besoin d'un fort guidage.

    - Les prénoms à scotcher : on écrit les prénoms de la classe sur des tickets et on aide l'enfant à scotcher les tickets sur les bons enfants (et croyez-moi qu'un enfant sur qui on aura scotché le mauvais prénom n'aura pas besoin de votre intervention pour se manifester).

    Je propose également trois activités autonomes :

    - Refaire la roue des sons

    - Refaire le jeu des prénoms

    - Distribuer les cahiers dans les bons casiers.

    Enfin, je propose des fiches. Une fois de plus, je n'ai pas encore créé mes propres fiches. J'utilise les premières fiches d'encodage syllabique de début CP, du type de celles de "30 comptines" des éditions Retz.

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture orange

    L'objectif est ici de savoir encoder des mots phonétiquement. Evidemment, les élèves ne sont pas lecteurs, il est donc normal à ce stade qu'il y ait des erreurs d'orthographe, ainsi que des confusions de sons, des oublis de lettres... Ce n'est pas grave. Ici le but de l'exercice n'est pas vraiment de savoir écrire tous les mots mais de savoir réfléchir à l'encodage d'un mot pour se préparer à la syllabique.

    Je propose deux ateliers dirigés :

    - La découverte des fichiers de lecture PEMF, ici avec le fichier niveau GS.

    - Travailler de nouveau sur l'alphabet mobile, avant que l'élève ne se lance et le refasse seul.

    3 activités autonomes :

    - Dictées muettes de 1 à 10 : il s'agit de dictées muettes (les miennes achetées chez OPPA Montessori mais facilement remplaçables par des dictées trouvées sur le net comme celles de Tiloustics) avec des mots phonétiques, à encoder avec l'alphabet mobile.

    - Les lettres rugueuses, encore.

    - Le cahier d'écrivain : ici les enfants commencent à écrire en autonomie dans le cahier d'écrivain, en écriture inventée (évidemment qu'à ce stade on ne les embête pas avec l'orthographe).

    Et comme toujours, des fiches. Ici il s'agit de fiches d'encodage de mots phonétiques. Les miennes me viennent des cahiers "Les petits Montessori", mais n'importe quelles fiches d'encodage simples conviennent !

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture vert clair

    Ici, l'objectif est d'apprendre à lire des mots phonétiques. Des mots de plus en plus longs, avec des fr, tr, bl dès que possible, des syllabes inversées... Tant que les mots sont phonétiques.Une étape aussi importante que valorisante pour les enfants !

    Je propose un seul atelier dirigé tout simple : les tickets de lecture. Autrement dit, un petit plateau avec des tickets en papier, une agrafeuse, un stylo bleu et un stylo vert pour les digrammes (pas maintenant, donc) : je prends l'enfant à côté de moi, j'écris un mot phonétique et il le lit. Pourquoi prendre le temps d'écrire pour chaque enfant ? Deux choses. Déjà, le fait de passer du temps en tête à tête avec chaque enfant, ça nous permet de nous concentrer sur lui, de lui apporter de l'aide immédiate, et ça lui fait plaisir d'avoir notre attention. Et aussi... Le fait d'écrire devant lui lui permet d'éviter les problèmes d'inversions en lecture : "ami" sera facilement lu "ami" et non "ma-i" pour une raison simple : ils ont vu le "a" apparaitre avant de savoir qu'il y aurait un "m" !

    4 ateliers autonomes pour réinvestir la lecture de mots phonétiques :

    - Des tickets à scotcher avec des mots phonétiques d'objets (ou personnes) de la classe : jupe, frigo, canapé, tapis, Léa, mur, livre...

    - Un livret (format minibook donc créé avec une feuille A4) avec sur chaque page un mot à illustrer.

    - Des pochettes de lecture avec un mot à associer à une image, rangées par ordre de difficultés.

    - S’entraîner sur l'alphabet mobile.

    Je propose toujours des fiches, ici des fiches simples avec un mot phonétique à relier à l'image, trouvées dans la collection "Les petits Montessori".

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture vert foncé

    L'objectif ici est semblable à celui de la ceinture précédente : déchiffrer des mots phonétiques avec les digrammes connus marqués en vert. Cette ceinture est en général très facile, mais elle a un autre but caché : celui de continuer à entraîner les élèves à lire très facilement les mots phonétiques.

    Il s'agit donc des mêmes activités que précédemment mais avec des digrammes en plus + le fichier CP numéro 1 de lecture de chez PEMF.

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture bleu clair

    L'objectif ici sera de lire des phrases, textes puis livres phonétiques, et commencer à apprendre les mots outils. Il y aura très peu de mots outils, comparé à une méthode traditionnelle : et, est, un, c'est, des, les, avec, elle. Et c'est à peu près tout, globalement. Le but est de leur donner des clés pour lire des livres, pas de leur faire connaitre tous les mots outils qui existent. De plus, quel est l'intérêt de faire de "il" ou "la" un mot outil, vu qu'ils sont déchiffrables immédiatement ?

    Pour cela, 3 ateliers dirigés :

    - Des tickets d'ordres, avec des phrases à l'impératif phonétiques. L'enfant lit la phrase et exécute l'ordre (le plus souvent des phrases amusantes comme "imite ta maman", "crie comme le mouton", ect).

    - Loto des mots outils, j'aime bien travailler cela en APC donc je leur imprime des grilles de loto à partir de ce générateur avec à chaque séance de plus en plus de mots outils.

    - Lire des livres. J'ai acheté plusieurs séries de livres phonétiques pour lecteurs débutants (Balthazar, Montessori première lecture, Sami et Julie série rouge, Disney série rouge, Regarde je lis niveau 1...), je les range tous au même endroit (dans ma classe c'est la corbeille rose), et je m'installe avec l'enfant et je l'aide à lire l'histoire, tout simplement.

    Je propose également deux ateliers autonomes :

    - Un livret avec des petites phrases à illustrer (Sami va à la piscine, Sami danse avec Julie...)

    - Des rapidos, avec un sablier d'une minute, pour apprendre à lire les mots outils de plus en plus rapidement.

    Je propose des fiches avec de la lecture de phrases avec les mots outils. Je les mettrai en ligne sous peu.

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture bleu foncé

    L'objectif ici est de lire les mêmes mots et phrases que précédemment mais sans les aides de lecture : sans digrammes écrits en vert, sans lettres muettes soulignées. Cette étape parait facile mais elle est essentielle pour la suite. Comme je vous l'ai déjà dit, il est très important que la lecture de mots phonétiques soit facile et instinctive avant de passer à la suite.

    Ici, il n'y a donc aucune nouvelle activité, juste les mêmes activités qu'avant, mais sans aide. Les fiches seront également mises en ligne sous peu.

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture violette

    Aaaah ! La voilà, la grosse ceinture ! Les gros pièges ! Ici, il s'agit d'apprendre à déjouer les pièges, c'est à dire lire des mots avec des graphies inconnues. Et là, vous comprenez pourquoi il est important que le déchiffrage soit aisé pour les élèves. Un élève qui a du mal en déchiffrage et qui ne connait pas le "eau" aura du mal à repérer que le mot "taaaaableeeee-aaaaa-uuuu" n'existe pas. Par contre, un élève à l'aise en déchiffrage comprendra vite grâce au contexte que "table-a-u" se lira "tableau".

    Pour cela, j'utilise 4 ateliers dirigés différents :

    - Les cartes de nomenclature, où les élèves doivent associer des images à un mot. Ici, pas de soucis de ne pas connaitre toutes les graphies : même si on ne connait pas le "ei", on voit un mot commençant par bal, et oh, comme par hasard, parmi les images, il y a la baleine...

    - La maison des sons, il s'agit de mon affichage de classe, imprimé en 4 pages par feuille et où chaque étage est découpé. En s'aidant de l'image, on retrouve quel son est formé par les lettres rouges et on remet les étages dans la bonne maison.

    - Digrammes rugueux, il s'agit des lettres rugueuses représentant tous les digrammes (ou plus) complexes. J'ai acheté les miens, mais il est possible de les fabriquer au même titre que les lettres rugueuses.

    - Livres de niveau 2, dans ma classe il s'agit des Disney et Sami et Julie série verte.

    Je propose un atelier en autonomie, des tickets à scotcher, mais avec des pièges (chausson, foin, cahier, ciseaux, ect).

    Pour les fiches, j'utilise les fiches sons complexes et les mots croisés des coccinelles (le lien est disponible au niveau de la ceinture rose).

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture rouge

    A partir de cette ceinture, l'objectif tient en un mot : lire. La lecture, c'est pour lire des livres, non ? Alors on lit des livres. D'abord modestement, avec une aide, des livres faciles (la piscine, bonjour docteur, poux...) ou rassurants parce qu'on les connait par coeur (oui, je parle de toi, Cornebidouille, et de toi, l'île des Zertes).

    Donc forcément, un seul atelier dirigé : se poser avec un enfant, choisir son livre favori et l'aider à le lire. Doucement, petit à petit, par étapes. Plusieurs fois le même, peut-être. Prendre son temps, être là pour l'enfant et juste pour l'enfant. Il est à un tournant de sa vie, il a besoin d'être guidé, il a besoin qu'on lui consacre beaucoup de temps.

    4 ateliers autonomes :

    - Le fichier PEMF de CP niveau 3.

    - Les cartes de nomenclature.

    - La maison des sons.

    - Des "devinettes de lecture" à scotcher, c'est à dire, des phrases au lieu de mots. ("Le plus grand enfant de la classe", "des chaussons roses en plastique" ect).

    Et comme d'habitude, des fiches. Ici, à ce stade, j'aime bien travailler sur les lectures de consigne, comme ces superbes fiches par exemple.

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture marron

    A ce stade, l'enfant apprend peu à peu à lire couramment, de plus en plus facilement, pour soi et pour les autres. Généralement, mes élèves qui sont à la ceinture marron sont fourrés dans la bibliothèque à chercher LE livre qu'ils ne connaîtraient pas encore.

    L'atelier dirigé, est toujours dans le même esprit : l'enfant choisit un livre et je l'aide à préparer sa lecture, lecture à présenter à la classe. C'est souvent un grand moment pour enfant, la première lecture d'un livre devant les autres. (Evidemment, pour un enfant très timide, on peut se contenter de la préparation sans la présentation).

    Les 3 ateliers autonomes sont :

    - Lire des livres

    - Le fichier PEMF de lecture CE1 niveau 1.

    - Des devinettes de lecture à scotcher (ici les devinettes se corsent et sont plus implicites, par exemple "je suis rond et on peut me crever", "je suis un enfant grand en âge mais petit en taille" ect).

    Il y a également un pallier de freinage. Il s'agit du fait d'avoir obtenu sa ceinture jaune de grammaire, qui est le fait de connaitre et savoir lire les différents types de phrases (exclamatives, interrogatives).

    Les fiches sont des fiches de type "gammes de lecture".

     

    Ceintures de lecture

    Ceinture noire

    Le graal ultime ! Ici, le but est d'être un lecteur fluent, avec le ton. On y arrive pas de la manière traditionnelle, mais on y arrive.

    Pour cette dernière étape, deux ateliers dirigés :

    - Aider l'enfant à présenter une histoire à la classe, préparer une lecture (ton, liaisons, ect).

    - Des ateliers de lecture à voix haute pour gagner en aisance en lecture (prévoyez d'avance de passer des heures sur celui de l'extra-terrestre...)

    Deux ateliers autonomes :

    - Le fichier PEMF CE1 niveau 2.

    - Et encore une fois, le plus important, lire...

    Un pallier de freinage est à prévoir : la ceinture de littérature bleu clair qui correspond au fait de comprendre une information qui n'est pas donnée explicitement dans un texte.

    Et enfin, des fiches. A ce stade, on travaille sur les inférences de lecture. Pour ma part, j'utilise les fiches d'inférences du manuel Cléo CE1.

     

    Voilà comment apprendre à lire à des petits lapins !

     

    Et puisque je sais que vous allez me le demander : je veux bien vous donner ma trame modifiable, MAIS, et j'insiste, je ne veux pas que vous diffusiez des documents faits à partir de ma trame sans un lien direct vers mon blog. Pour l'instant je choisis de vous faire confiance ! Vous pouvez enlever le lien sur les pages du document quand vous l'utilisez pour votre usage personnel, mais quand vous le diffusez, je préfère qu'il soit laissé ! 

    Le mieux, c'est encore de me renvoyer votre document modifié, je pourrais penser à une page sur le blog où vous partagerez une version modifiée de mes ceintures adaptées à vos niveaux. 

    Télécharger « Ceintures de lecture - Ecole des lapins.pptx »

    Pin It

    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires