• Comment fonctionnent les ceintures de compétences ?

    Comment fonctionnent les ceintures de compétences ?

    Pour apprendre à être libre, je fonctionne uniquement en ateliers individuels (dirigés et autonomes) dans ma classe. Je n’ai donc pas d’emploi du temps car ce sont les élèves qui viennent m’approcher pour solliciter un atelier dirigé (individuel, donc), pendant que le reste de la classe est en ateliers autonomes (individuels) ou en coopération. Mon emploi du temps pourrait donc ressembler à cela :

    Comment fonctionnent les ceintures de compétences ?

    En plus de cela les élèves ont accès à des coins ateliers Montessori, un coin artistique, un coin découverte du monde... Les élèves ont également libre accès à la bibliothèque de classe et ont un cahier d’écriture adapté à leur tranche d’âge qu’ils utilisent en autonomie.

     

    Principe de fonctionnement des ceintures 

     

    J’ai réparti les apprentissages fondamentaux en douze ceintures qui correspondent à 12 domaines. Il y a 6 ceintures de français : lecture, littérature, écrivain (production d’écrit), écriture cursive, grammaire (et conjugaison), et orthographe (avec le vocabulaire). Il y a également 6 ceintures en mathématiques : numération, calcul, calcul mental (techniques de calcul mental + tables), logique (problèmes, organisation de données, ect), Géométrie, Mesures.

    Chacune de ces douze ceintures sont divisées en douze paliers correspondants chacun à une couleur et qui correspondent à une étape à apprendre. Ils ont du début de la GS jusqu’à la fin du CE1 pour gravir les différents paliers qui sont donc répartis sur 3 ans, la ceinture blanche correspondant généralement au niveau attendu en début de GS et la ceinture marron au niveau attendu en fin de CE1 (la ceinture noire étant souvent réservée aux élèves souhaitant aller plus loin). Ces douze paliers correspondent donc à ma programmation sur trois ans dans ce domaine, simplement remaniée pour être compréhensible par les parents et les enfants. Voici un exemple de programmation, ici dans la ceinture de calcul :

     

    Comment fonctionnent les ceintures de compétences ?

     

    Les ceintures sont pensées pour être progressives. Ainsi, l’élève devra valider la ceinture vert clair (à savoir manipuler des additions avec le matériel de numération) avant de passer à la ceinture vert foncé qui correspond à l’addition posée. Les parents ont un repère de progressivité simple car cette page de progression est affichée dans le cahier de ceinture et permet de comprendre ce qui va venir.

    Les ceintures sont pensées pour utiliser les compétences acquises dans les ceintures précédentes, d’où l’utilité de respecter l’ordre.

     

    Séquences d'apprentissage grâce aux ceintures

     

    Chacune des couleurs de ceintures correspondent à une séquence d’apprentissage. Je vous mets comme exemple la ceinture vert foncé de logique, qui correspond donc à la séquence « apprendre à résoudre un problème du champ additif simple ». La séquence, toujours dans le but d’être explicite pour les élèves et pour leurs parents, est donc présentée sous une forme simplifiée, à savoir un plan de travail à images collé dans leur cahier de ceintures, où les élèves cochent les activités effectuées pour savoir où ils en sont.

     

    Comment fonctionnent les ceintures de compétences ?

     

    La séquence comprend donc :

    • Deux ateliers autonomes de rebrassage de notions vues précédemment qui permettent donc de réactiver des compétences déjà acquises mais nécessaire pour apprendre la nouvelle notion.
      Ici, il y a donc un atelier d’additions avec les perles et un atelier de soustractions avec les perles, que les élèves connaissent déjà mais qui est nécessaire pour effectuer les calculs qui permettent de résoudre les problèmes. Les élèves les effectuent seuls et sont en réussite sur ces ateliers.
       
    • Un palier de « freinage » : Du fait que les élèves avancent à des rythmes différents dans chaque domaine, il arrive parfois que l’écart important de niveau entre deux matières nuise à l’apprentissage d’une nouvelle compétence. Pour résoudre ce problème, j’impose parfois un « palier de freinage » qui correspond aux prérequis nécessaires pour apprendre la compétence.
      Par exemple, ici, pour résoudre des problèmes du champ additif, il parait nécessaire de maîtriser les petits calculs qui dépassent parfois la dizaine, donc les élèves doivent avoir au préalable validé la ceinture orange de calcul (qui correspond à cette compétence).

    • Deux ateliers dirigés symbolisés par le pictogramme de la maîtresse. Il s’agit d’ateliers dirigés dans lesquels je construis la compétence avec l’enfant. Elles passent souvent (mais pas toujours) par l’utilisation de matériel pédagogique de manipulation. Les enfants viennent me solliciter pour une séance en tête à tête durant laquelle je leur apprends la compétence de manière ludique en utilisant le matériel ou le jeu en question. Les séances sont courtes mais plus efficaces car mon attention n’est focalisée que sur l’enfant en question.
      Ici, pour apprendre à un enfant à résoudre des problèmes simples, il y a deux ateliers : un atelier nommé « Que s’est-il passé ? » où l’enfant dispose d’une situation de départ, d’une situation d’arrivée et où il doit déduire ce qu’il s’est passé pour passer de la situation A à B (la réponse est inscrite au dos sous la forme d’un +4 ou -3 par exemple). L’enseignante apprend à l’enfant à choisir son opération, notamment, en fonction du contexte. Le deuxième atelier se nomme « problèmes puzzles » et l’enseignant aide l’enfant à remettre en ordre les différentes parties d’un problème écrit (questions, calcul et phrase de réponse).
       
    • Les deux ateliers dirigés à refaire en autonomie pour asseoir la compétence. L’élève comprend cela car en dessous de la case « travail avec la maitresse » à cocher, il y a une case sans le pictogramme de la maitresse.
       
    • Des fiches écrites qui permettent d’automatiser les connaissances de l’enfant et le familiariser à l’écrit. Ces fiches reprennent et formalisent les compétences apprises lors de la séquence. Elles sont disponibles en libre-service dans la classe, l’élève n’a plus qu’à les photocopier, les couper et les stocker dans sa pochette avant de les faire au fur et à mesures. Elles sont plus ou moins nombreuses suivant l’âge de l’enfant et l’utilité de passer à l’écrit pour cette compétence. Elles servent également de trace pour les parents, et préparent l’enfant à passer le test.

     

    Les élèves ont donc une vision d’ensemble des objectifs à atteindre pour valider la ceinture. Les activités sont répétées en cas de besoin, les fiches peuvent parfois être également réduites pour certains élèves peu performants à l’écrit lorsque cela le freine dans son avancée. Un seul mot d'ordre : FLEXIBILITE. Le but est justement de s'adapter à chaque élève, par de s'enfermer dans un schéma pré-défini.

    Toutes les étapes d’une séquence d’apprentissage sont donc respectées, la différence étant simplement qu’on avance au rythme de l’élève et de sa motivation et que le travail est fait en individuel (ce qui est loin d’empêcher les interactions entre enfants, au contraire, puisque dans le travail en autonomie ils se mettent quasi systématiquement à plusieurs).

     

    Les tests de passage de ceintures

     

    Lorsque l’enfant a complété une séquence d’apprentissage et se sent à l’aise avec la compétence travaillée, il demande à passer un « test ». Ce test se présente sous la forme d’un exercice très simple résumant au maximum les compétences apprises.

     

    Le test est systématiquement ramené le lendemain pour vérifier que les connaissances sont bien « ancrées » et ne résultent pas d’un « bachotage ». Parfois, elles rebrassent également des compétences des ceintures passées lorsque celles-ci ne sont pas directement liées avec la ceinture actuelle pour vérifier que toutes les connaissances sont bien solides.

     

    Lorsque le test est réussi, la date est tamponnée sur la feuille de séquence, la classe félicite l’enfant en question, et l’enfant récupère la fiche de séquence correspondant à la couleur suivante. Son étiquette est changée sur le panneau de suivi des ceintures affichée dans la classe. Il est donc désormais en mesure d’aider un élève qui dans cette ceinture en est à une couleur inférieure à la sienne, ce qui valorise les élèves.

     

    Je vous mets des exemples de tests. Ici, deux tests pour une même ceinture, la ceinture de lecture, mais pas au même niveau.

     

    Comment fonctionnent les ceintures de compétences ?

    Comment fonctionnent les ceintures de compétences ?

     

    Vous remarquerez que le test est rapide et simple, il comporte peu d'écrit, surtout les premiers tests (ceux qui correspondent au niveau GS). C'est délibéré, le test doit être rapide et simple : sus aux affreux contrôles qui nous rendaient fous quand nous étions enfants !

     

    En conclusion

     

    Les ceintures sont pensées pour être claires et explicites pour tous (enfants, parents, enseignants, remplaçants, CPC et inspecteurs). Elles sont conçues pour être progressives et spiralaires (dans l'ensemble j'essaye de faire en sorte que chaque étape ait besoin des notions de l'étape précédente ; j'essaye également que chaque nouvelle étape ne soit qu'une petite marche). Elles sont un guide pour rendre l'enfant autonome et travailler seul ! L'enfant grâce à ce système peut facilement être en réussite puisque chacune des ceintures correspondent à son niveau réel actuel. C'est donc très valorisant pour les élèves... Sans parler du côté ludique de faire comme au judo ;).

     

    Alors, comprenez-vous mieux comment faire de vos élèves des petits lapins ?

    « Bienvenue !Ma salle de classe »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Morgane
    Vendredi 22 Février 2019 à 13:40

    C'est très clair Elisabeth! Merci!

    2
    Sandra
    Vendredi 22 Février 2019 à 15:14
    Extrêmement clair!!! Bravo et merci !
    3
    Catherine
    Vendredi 22 Février 2019 à 15:28

    J'adore, je cherche à clarifier mon fonctionnement qui est un balbutiement de ce que tu fais; c'est donc très inspirant!!! Merci!

    4
    Sophie35
    Vendredi 22 Février 2019 à 15:54

    Merci merci merci ..je ne vois pas quoi te dire d'autres !!!!

     

    5
    Vanessa625
    Vendredi 22 Février 2019 à 16:03
    Je suis admirative! Bravo
    6
    Annly
    Vendredi 22 Février 2019 à 16:43

    Quelle belle idée d'avoir crée TON blog ! Merci beaucoup pour tous ces partages, et bravo ^^

    7
    Katell
    Vendredi 22 Février 2019 à 18:35

    Bravo !

    J'aimerais tendre vers ce fonctionnement …

     

    8
    Isamina
    Vendredi 22 Février 2019 à 19:13

    Tu as très bien expliqué ! Je n'aurais pas imaginé enseigner aux élèves en tête à tête ! Mais c'est évident que ça doit marcher

    9
    Claire
    Samedi 23 Février 2019 à 11:49

    Bonjour, ton fonctionnement est top. J'ai fonctionner dans ce genre là mais sous forme de plan de travail/ateliers avec mes CE, ils ont adoré. Tu crois que tu pourras nous mettre toutes tes ceintures ? 
    Merci pour ton expérience et ton partage

      • Samedi 23 Février 2019 à 13:32

        Bonjour, c'est prévu ! Déjà j'ai mis en ligne la lecture, le reste viendra évidemment !

    10
    Hélène
    Jeudi 28 Février 2019 à 18:24

    Bonjour, je suis pleine d'admiration et très impressionnée pour ce que tu as réussi à mettre en place. Merci de ce partage. J'ai lu beaucoup d'ouvrages et d'articles sur Freinet, Céline Alvarez, les classes flexibles… J'enseigne de manière classique et je déplore le manque d'intérêt et d'autonomie des élèves. J'ai très envie de me lancer mais j'ai très peur de ne pas assez maîtriser ce fonctionnement pour le mettre en place. Aussi, je me permets de nombreuses questions : Quand et comment décris-tu les différents ateliers aux élèves ? Ils prennent n'importe quel atelier de la couleur de leur niveau (français ou maths) et se débrouillent pour en comprendre le fonctionnement ? Comment fais-tu pour qu'ils ne te sollicitent pas tous en même temps ? pour qu'ils ne choisissent pas tous le même atelier ? Comment choisissent-ils l'atelier qu'ils vont réaliser, y a-t-il des règles ? par exemple 2 ateliers de français et 2 ateliers de maths minimum par jour ? Comment vérifies-tu la progression des élèves ? (tu as parlé d'un tableau avec des étiquettes me semble-t-il?) J'aurais encore des centaines de questions, mais j'imagine combien poster tout ceci est chronophage pour toi. Encore bravo et merci. 

      • Samedi 2 Mars 2019 à 11:37

        Bonjour, je décris la plupart des ateliers lors des "ateliers dirigés", les ateliers en autonomie sont des réinvestissements donc ils savent déjà que faire !

        Pour qu'ils ne me sollicitent pas tous en même temps c'est du boulot aussi mais ça s'apprend... Je leur dis patiemment "trouve quelque chose à faire seul en attendant que j'ai fini avec X", de nombreuses fois, mais à la longue ça se régule tout seul. Pour les ateliers, il n'y en a qu'un de chaque donc s'il n'est pas disponible ils sont bien obligés d'attendre.

        Non il n'y a pas de règles, ils savent ce qu'il faut faire pour avancer, ensuite ils gèrent comme ils veulent tant qu'au bout ils ont rempli les objectifs.

        Pour la progression des élèves, j'ai effectivement un tableau à étiquettes !

         

    11
    Dimanche 7 Avril 2019 à 18:53

    Une fois de plus merci pour ton partage ! Je te suis sur les différents forums où tu interviens.

    Je me pose encore quelques questions concernant le fonctionnement :

    - Sur combien de ceintures un élève avance-t-il en même temps ? (12 ?)

    - Quand il y a des fiches à faire, si tu t'aperçois qu'un élève a compris la notion, l'obliges-tu tout de même à faire toutes les fiches  avant de passer le test ?

    - Comment gères-tu les élèves qui n'entrent pas dans le travail ou bien qui détourne le matériel pour jouer avec ?

    En tout cas encore une fois merci pour ton partage.

    12
    Hélène
    Dimanche 21 Avril 2019 à 15:20

    Bonjour, 

    je continue mes questions :

    - Donnes-tu des devoirs ? Si oui, comment fais-tu puisque chaque élève avance différemment? Si non, les parents ne se plaignent-ils pas ? 

    - Comment parviens-tu à ce qu'ils travaillent tous sans se gêner au niveau sonore. Les CP, en lecture, ont besoin d'oraliser à haute voix...

    - Comment pratiques-tu le calcul mental ?

    - Je souhaiterais mettre en place ton fonctionnement à la rentrée 2019. Je pensais ajouter pour chaque couleur de ceintures en français et en maths un atelier numérique. As-tu déjà essayé ? Connais-tu des sites faciles d'accès pour des CP ? 

    Encore merci pour ton partage et pour tes réponses.

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :